Historique

C’est à partir des expériences accumulées dans le mouvement féministe nantais et dans les associations de défense des droits des femmes que le projet de l’Espace Simone de Beauvoir a vu le jour.

En 1988, des militantes créé l’association Espace Femmes qui se donne pour objectif l’ouverture, à Nantes, d’un lieu central d’accueil, d’information, d’orientation et d’action pour la défense des droits des femmes, dans tous les domaines. L’association Espace-Femmes lance une pétition, qu’elle arrête après avoir obtenu 900 signatures. Elle élabore un projet qu’elle présente aux différentes associations, à Nantes qui s’intéressent aux droits des femmes. Ce projet recueille un très large accord.

C’est en 1992, à l’occasion de la Journée Internationale des Femmes, que l’Espace Simone de Beauvoir a été inauguré, en présence de Véronique Neiertz, Secrétaire d’État aux Droits des Femmes et de Jean-Marc Ayrault, Député Maire de Nantes.

Nous souhaitons ici rendre hommage à deux fondatrices de l’Espace Simone de Beauvoir.

Maryse Guerlais, militante féministe

Chevalière dans l’ordre national du mérite, elle était professeure à l’IUFM des pays de Loire (à Nantes et Angers) et elle a été présidente de l’Espace Simone de Beauvoir de 2002 à 2004. Elle nous a quittées-és en 2007.

Militante féministe elle revendiquait ses choix :
« Parmi tous les scandales que sont les différents modes d’oppression, de violences, de ségrégation, de discrimination dont l'humanité est porteuse, s’est imposé à moi celui de l’inégalité entre les femmes et les hommes »

Maryse s’est engagée dans de nombreuses luttes : en faveur de l’avortement, contre les violences psychologiques, physiques et sexuelles, le machisme, le travail domestique, l’inégalité parentale, la discrimination dans la formation et l’emploi, le silence et l’infériorisation des femmes dans les savoirs académiques, le sexisme ordinaire dans les médias et la pub, l’absence des femmes dans les lieux de pouvoir, la prostitution…

A l’origine du projet « Espace Simone de Beauvoir », Maryse s’y est totalement investie. Associant toujours réflexion et action, elle a fait de l’Espace un lieu de propositions, de mobilisation, de solidarité. 

« Il faut avoir conscience de sa liberté et de celle des autres », cette volonté de liberté et d’égalité, Maryse souhaitait la transmettre aux nouvelles générations.

C’était une amie généreuse, une intellectuelle humaniste, une militante féministe.

(Photo Ouest-France 2004)

Renée Broustal

« NOUS DEVONS ÊTRE CAPABLES DE RÉPONDRE À CHAQUE ATTEINTE AUX LIBERTÉS ET À LA DIGNITÉ DES FEMMES OÙ QU’ELLES SE TROUVENT. » Renée Broustal

Elle fut la première Présidente de l’Espace Simone de Beauvoir, de 1992 à 1994 et également la première Déléguée aux droits des femmes de la Région Pays de la Loire. Cette délégation a été créée en 1981 par Yvette Roudy, Ministre des droits des femmes, dont l’amitié pour Renée ne s’est jamais démentie. Nous avons pu mesurer son engagement pour la défense des droits des femmes.

Elle était portée par un souci constant de justice entre toutes les femmes. Je voudrais aussi souligner la profonde amitié qui la liat à Maryse Guerlais, Présidente de l’Espace Simone de Beauvoir de 2001 à 2004. Maryse disait de Renée :  «Nulle autre que toi, Renée, ne peut mieux représenter la force de conviction et la persévérance nécessaire à l’engagement pour l’égalité effective entre les femmes et les hommes. ».

La détermination de Renée et celle des militantes féministes de la région nantaise, ont permis la création de ce lieu unique en France qu’est l’Espace, pour la promotion et la défense des droits des femmes. Tout au long de son existence, Renée Broustal a porté avec courage ses convictions féministes, faisant partie des pionnières en ce qui a trait aux droits des femmes et plus particulièrement de l’égalité professionnelle ainsi que le droit à la contraception et à l’avortement.

Si aujourd’hui nous pouvons constater une meilleure visibilité des combats féministes, nous le devons, entre autre, aux valeurs défendues par Renée.